La soupe miso : très légère, rassasiante et pleine de nutriments essentiels. Les Japonais la consomment même au petit-déjeuner !

P1020574

Je profite de ce post consacré à cet aliment roi de la cuisine traditionnelle japonaise pour adresser toute mon amitié et mon soutien au peuple japonais. ("La souffrance d'autrui est chose qui doit s'apprendre : et jamais elle ne peut être apprise pleinement." (Friedrich Nietzsche)).

Le bol de soupe miso qu’on nous sert en entrée dans les restaurants japonais ‘à touristes’ (souvent tenus par des Chinois d’ailleurs...) ne correspond pas réellement à la soupe miso traditionnelle japonaise et ne possède pas ses qualités nutritives. Elle est souvent réalisée à partir de bouillon au miso déshydraté qui ne possède plus les bonnes enzymes et bactéries digestives du miso en pâte (voir mon post sur le miso), de vulgaires champignons de Paris (pas du tout japonais), de dés de tofu dont on ne connait pas la qualité (ogm ?) et de ciboule ciselée.

Les ingrédients de la soupe miso traditionnelle varient d’une recette à l’autre, mais on retrouve toujours la même base : un bouillon dashi (un bouillon très utilisé dans la cuisine japonaise réalisé à base de bonite, un poisson séché et réduit en copeaux, et d’algue kombu), de l’algue wakame séchée en morceaux, des shiitakes (appelés également ‘lentins de chêne’, assez proches je trouve de nos cèpes français) séchés ou frais, du tofu ferme en dés (frais, pas sous vide comme le tofu vendu par Bjorg : c’est tout sec !!!), du miso en pâte (oui, c’est quand même l’ingrédient principal !) et de la coriandre et/ou de la ciboule ciselées.

A mon avis il faut vraiment être japonais pour faire la différence entre un miso préparé avec ou sans bouillon dashi (dont le goût est très subtil, alors que la préparation est un peu fastidieuse). Je vous propose donc la recette de la soupe miso ‘presque’ traditionnelle, sans bouillon dashi :

Ingrédients pour 4 personnes (4 bols) :

  • 1 litre d’eau (de source ou filtrée)
  • 4 cs légèrement bombées de miso en pâte* (de n’importe quelle sorte)
  • une grosse poignée de shiitakés séchés* en morceaux, ou de cèpes séchés.
  • une petite poignée d’algue wakame* séchée en morceaux.
  • un pain de 125g de tofu ferme frais* (se trouve au rayon frais des magasins bios)
  • de la coriandre fraiche ciselée ou de la ciboule en rondelles fines.

(*se trouve dans les magasins bios)

 

Préparation (15mn chrono) :

1. Sortir le pain de tofu de son emballage, le mettre à essorer dans une passoire.

2. Porter le litre d’eau filtrée à ébullition dans une grande casserole. Réduire le feu, immerger les champignons et l’algue wakame, et les laisser chauffer 5 mn à feu doux et à couvert.

3. Découper le pain de tofu en tout petits dés (un cm de côté maxi). Les plonger dans la casserole avec les champignons et l’algues, remonter le feu pour que l’eau frémisse.

4. Retirer la casserole du feu. Prélever un verre d’eau de la casserole et y diluer les 4 cs de miso dans un bol. Remettre le tout dans la casserole, mélanger et partager le bouillon dans quatre bols. Parsemer les bols de coriandre ou de ciboule, servir immédiatement.

 

Remarques :

- Ne salez surtout pas ! Le miso suffit largement.

- Ne faites pas bouillir le miso : si vous voulez réchauffer le bouillon, faites-le à feu doux.

- On peut réinventer chacun ‘son bouillon de miso’ en ajoutant au choix des oignons, de l’ail, des nouilles, des carottes, du céléri, un oeuf cru entier, etc...

- Le miso est ‘magique’ : il est nutritif, reconstituant, revivifiant (surtout en période hivernale). C’est la seule chose que je peux manger quand je me sens barbouillée. C’est également un très bon repas léger à la suite d’un repas de fête. Il aide à digérer les excès...