Grâce à ma carte d'étudiante en BTS de diététique (CNED), j'ai pu me rendre au salon Dietecom, le salon de la diététique et de la nutrition réservé aux professionnels de la santé, qui se tenait à Paris, rue de l'Ecole de médecine, jeudi dernier.

Au milieu de toutes mes futures (?) consoeurs (99.9% de femmes...), j'ai parcouru les différents stands des professionnels de l'agroalimentaire et assisté à quelques conférences sur les dernières trouvailles en matière de nutrition, de diététique et d'analyse comportementale. Alors que mes futures (???) collègues se jetaient sans retenue sur les stylos, blocs de post-its et autres fournitures gratuites à disposition sur les stands, je suis restée bouche bée devant les stands de Coca-Cola et de de Mc Cain : Qu'est-ce qu'ils foutaient là ??? On n'arrête pas de voir en cours que les boissons sucrées autres que les jus de fruits n'ont AUCUN intérêt nutritionnel...Je voyais leur présence au salon de la Diététique et de la Nutrition un peu comme un provocation, mais apparamment j'étais la seule que ça choquait...

Après un petit passage au stand 'Association Nationale des Pommes et Poires', où j'ai croqué des tranches d'excellentes Goldens et Tentations en dégustation (je vous recommande leur site web : www.pommespoires.com ; une mine d'informations sur les variétés, les saisons, les façons de les cuisiner...), je me suis rendue à toute une tripotée de conférences à la chaine.

1/ Conférence du Mc Cormick Science Institute (MSI, un institut privé financé par Mc Cormick, la maison mère des épices Ducroc et de Vahiné, voir leur site web) : "Herbes et épices : quelle place dans la prescription diététique ?"

Là, innocente que je suis, j'ai réalisé d'un coup que la recherche en matière de nutrition était essentiellement financée par des fonds privés, et notamment par les industries de l'agro-alimentaire...L'institut Mc Cormick, fondé en 2007, lance des études scientifiques sur les effets des herbes et épices à dosages culinaires. Des chercheurs français venaient donc présenter leurs travaux sur les bienfaits supposés mais encore non démontrés des herbes et épices sur la santé (propriétés antioxydantes, antiinflammatoires, protection du système cardiovasculaire, gestion du poids, amélioration des performances cognitives). J'ai notamment été ravie de pouvoir aller saluer le Dr Arnaud Cocaul, l'auteur de l'un de mes trois ouvrages préférés en matière de nutrition : "Le régime mastication", qui en réalité est tout sauf un régime. Je lui ai d'ailleurs dit qu'il était dommage d'employer le mot 'régime' dans le titre de sa méthode, qui proscrit justement les régimes...Il m'a répondu que son éditeur avait insisté car c'était plus 'vendeur'. Dommage...

Voici un récapitulatif des résultats de ces études sur les herbes et épices :

- 2009 : très bonne biodisponibilité d'antioxydants dans 11 herbes et épices courantes (paprika, romarin, gingembre, curcuma, sauge, cumin...)

- 2010 : activité antioxydante de certains mélanges d'épices lors de la cuisson des viandes : l'origan et le romarin par exemple, contiennent de l'acide rosemarilique qui protègent les lipides d'origine animale de l'oxydation lors de la cuisson, les empechant de générer les résidus toxiques (la malondialdéhyde notamment).

- 2010 : effet antiinflammatoire potentiel du gingembre lors de l'exercice musculaire

- 2011 : la consommation de piment (piquant) active le métabolisme énergétique (augmentation de la dépense énergétique postprandiale notamment) et diminue l'appétit (résultats constatés pour une prise de 1gr de piment fort dans du jus de tomate, 30 mn avant les repas).

- 2011 : aïl et cholestérolémie : pas de baisse 'énorme' du cholestérol, mais résultats équivalents à ceux des stérols végétaux des margarines dites 'anticholestérol'. Par contre l'aïl a un effet avéré sur la régulation de la tension artérielle, puisqu'il baisse la tension des hypertendus, sans modifier la tension des personnes sans problème. Enfin l'aïl a un effet très net contre la calcification des plaques coronariennes (étude d'un an sur les effets de l'aïl sur l'athérosclérose). L'aïl est donc vraiment un excellent aliment santé, qu'il soit consommé frais ou en poudre (j'ai posé la question).

- 2011 : cannelle et diabète de type 2 : la cannelle, administrée à des individus à IMC normal à raison de 5g/j réduit leur glycémie à jeun au cours du temps.

- études du MSI en cours : étude sur les mélanges d'épices (synergie des propriétés), étude sur les effets stimulants du romarin sur la mémorisation, étude sur les effets antioxydants de la cannelle.

Voilà, cette conférence était passionnante. Les autres conférences que j'ai suivies feront chacune l'objet d'autres posts.