pesticidesvigne

Aujourd'hui, internet nous permet d'accéder facilement à une immense quantité d'informations : sites web, blogs, articles de journaux, wikipedia... Le problème, c'est que nous sommes maintenant carrément noyés sous une masse d'informations souvent contradictoires, aux origines douteuses, dont on ne parvient plus à distinguer le vrai du faux.

Je viens d'en faire l'expérience avec des recherches que j'ai entreprises sur le web au sujet des pesticides, sujet passionnant et complexe vers lequel m'a orienté la lecture du livre 'Pesticides, révélations sur un scandale français' de Fabrice Nicolino (j'écrirai un post complet au sujet de ce livre).

En cherchant sur google des informations sur les dangers des pesticides pour la santé et l'environnement, je suis tombée sur des sites étrangement très anti agriculture biologique et anti-écologie :

  • le blog alerte-environnement.fr : une suite de posts très agressifs contre les militants anti-ogm, contre le professeur Belpomme (cancérologue qui depuis des années fait le lien entre la multiplication des cancers et notre mode de vie moderne, dénonçant notamment l'agriculture intensive), contre le livre de M. Nicolino sur les dangers des pesticides, etc. Tous les millitants écologistes, quels qu'ils soient, en prennent pour leur grade. Ce qui m'a fortement agacée dans un premier temps, c'est qu'il est impossible de connaitre l'auteur du blog. Aucune info sur l'auteur, ni moyen de le contacter pour en avoir... Déjà, ça manque de transparence et cela sème le doute sur le sérieux et l'honnêteté de la démarche de l'auteur (quand on affiche des idées, surtout des critiques, on a le courage d'afficher son nom et ses coordonnées...). J'ai donc creusé ce mystère en recherchant sur google des infos sur l'auteur. Il s'agit de Gwen Le Gac, qui a été débusquée par le Canard Enchainé du 22 mars 2007. Cette femme se présente comme une journaliste indépendante qui, aidée d'agriculteurs dont elle tient à taire le nom, voudrait présenter une information alternative au sujet de l'écologie. Eh bien il s'agit d'un imposteur : Gwen Le Gac n'est pas journaliste (pas de carte de presse), une simple professionnelle de la comm' qui a notamment travaillé sur l'organisation d'un colloque pro-ogm organisé par BASF et Monsanto, deux leaders de l'industrie agro-chimique... (source : www.buvettedesalpages.be)

CQFD.

  • le site info-pesticides.org : un site à la présentation très sympa, avec des photos de beaux fruits et légumes à admirer, des enfants qui jouent dans les champs, etc. Encore une fois, il faut chercher un peu pour savoir qui édite ce site. Je clique sur 'mentions légales' en bas de page pour découvrir que ce site est édité par l'Union des Industries et de la Protection des Plantes (UIPP) : ce titre accrocheur, très vertueux de prime abord, est en fait un syndicat qui rassemble les industries les plus pollueuses et irrespectueuses de notre environnement (BASF, Dupont, Monsanto..). On découvre la liste sur le site www.uipp.org dans l'onglet 'a propos de l'uipp/nos adhérents' en bas de page.

Encore une fois, je constate que le lobbying pro ogm et pro pesticides est très actif...

Et il y a certainement encore beaucoup d'autres sites et de blogs de cet accabit (d'ailleurs l'UIPP a une petite soeur, une association dénommée UPJ 'Union des entreprises pour la protection des jardins et des espaces publics', qui comprend à peu-près les mêmes adhérents, dont BASF et Monsanto, et qui veut faire croire qu'on peut traiter 'proprement' les parcs et jardins publics et individuels). L'UIPP et l'UPJ sont notamment très actives au salon de l'agriculture, lors duquel elles distribuent de belles plaquettes aux enfants sur la nécessité de 'protéger' les plantes des 'vilains' insectes.

Voilà, la campagne de dénigrement de l'agriculture biologique ne fait que commencer... Le succès du bio rend les industries agro-chimiques furieuses, qui se sentent bien impuissantes devant la volonté des consommateurs de reprendre leur santé et leur assiette en mains. Elles distillent des contre-vérités dans les medias (fausses enquêtes sur les intérêts nutritionnels des aliments bios, sur l'innocuité des ogm, etc.), exactement comme l'a fait l'industrie du tabac dans les années 1970 quant on commençait à en comprendre la nocivité.