Dans la très courte émission "C'est à dire ?!" du 12 février 2014 sur France 5, intitulée : "Le principe de précaution, un frein au progrès ?" (voir le replay ici), M. Jean de Kervasdoué a eu l'immense chance de disposer d'une tribune de 15 mn sans contradicteur pour faire la promotion de son livre 'Ils ont perdu la raison', ed. Robert Laffont.

Ce monsieur, ingénieur agronome de formation, qui s'est jusqu'à présent construit une solide réputation d'économiste de la santé (il a révolutionné le fonctionnement des hôpitaux publics, cf sa biographie sur Wikipedia), défend désormais les OGMs sous les couleurs d'une association (l'AFIS, l'Association Française pour l'Information Scientifique).

L'AFIS tient un site internet très virulent contre la plupart des combats écologiques : http://www.pseudo-sciences.org/

Devant le discours tellement grotesque et simpliste de M. Kervasdoué (avec des arguments idiots du genre : "les OGMs ne sont pas nocifs, nous sommes tous des ogm, puisque notre patrimoine génétique ne cesse de muter...", véridique (!), à réécouter sur le replay de l'émission...), des doutes me sont vite venus à l'esprit quant à la sincérité et à l'indépendance de ce scientifique pourtant renommé.

En fouillant sur le web, j'ai trouvé deux informations qui tendent à démontrer que l'AFIS et ses membres, dont Monsieur de Kervasdoué, entretiennent bien des liens étroits avec le lobby pro-ogm :

  • une lettre de démission écrite par le Dr Marcel-Francis Kahn, professeur émérite de médecine à l'université Paris 7. Il faisait partie du comité scientifique et de patronage de l'AFIS, mais a du démissionner suite à des doutes sur des conflits d'intérêts entre l'association et Monsanto. Voici sa lettre :
Témoignage de Marcel-Francis Kahn sur l'AFIS Version imprimable Suggérer par mail

Je faisais partie du Comité scientifique et de patronage  de l'AFIS qui édite le bulletin "Science et pseudo-science". Je combat depuis  longtemps en médecine tous les charlatanismes. Il ne vous a peut-être pas échappé que, sous l'influence de son rédacteur en chef Jean-Paul Krivine, l'AFIS s'est transformée - sans que notre avis soit sollicité - en un véritable lobby pro OGM. Certes, je ne suis pas du tout persuadé que le maïs MON810 ou d'autres soit toxique. Ce que j'ai lu ne m'en convainc pas. Mais en revanche je combats la stratégie monopolistique agressive de Monsanto et de ses diverses sociétés  écran. J'ai donc demandé à la rédaction de Science et Pseudoscience que mes  lettres où je demandais (avec courtoisie et sans mettre en cause a priori leur  honnêteté scientifique...) que Marcel Kuntz et Louis-Marie Houdebine indiquent  leurs liens avec Monsanto et ses filiales, comme en médecine (je m'occupe d'un  journal scientifique médical) il est devenu obligatoire de préciser ce qu'on  nomme conflits d'interêt.

La publication de mes courriers et la réponse à mon  interrogation m'ont été refusées  bien que j'avais indiqué que ma présence au  sein des comités scientifiques et de patronage dépendrait de cette  publication ; j'ai donc démissionné de ces deux comités et j'ai indiqué que je rendrai public cette démission.

 

Avec toute ma sympathie, Docteur Marcel-Francis KAHN, Professeur (émérite) de Médecine Paris 7 

  •  encore plus fort, sur le site de l'AFIS, dans leur rubrique Accueil/Nous connaître/Qu'est-ce que l'AFIS ?/Gouvernance et transparence/informations relatives aux activités et aux informations financières (voir ici) : année 2008, ppt 'Présentation de l'AFIS à l'assemblée générale de l'AFPP'. L'AFIS à l' AG de l'Association Française pour la Protection des Plantes ??? Je suis allée voir le site internet de l'AFPP : site très opaque, sans aucune précision sur le rôle réel de l'association (voir le site de l'AFPP ici) Cependant, il ne faut pas beaucoup de temps pour comprendre (notamment en consultant la page liens du site, et en consultant la publication mensuelle de l'association, disponible en ligne) que l'AFPP est au service des fabricants de pesticides et de 'biotechnologies'. D'ailleurs, le nom 'pour la protection des plantes' m'a tout de suite fait penser à deux autres associations : l'UIPP (l'Union des Industries pour la Protection des Plantes') et l'UPJ, dont je parle dans mon post sur le lobbying caché pro-ogm, pro-pesticides et surtout, anti-agriculture biologique.

Encore une fois, je constate à quel point le complexe industriel/agro-alimentaire/pharmaceutique dédié aux pesticides et aux ogms organise une contre-attaque tentaculaire, sournoise et vicieuse contre la popularité grandissante de l'agriculture biologique...

Ils sont très forts, car dans un flot continu et très pesant d'informations diverses et contradicoires, il suffit d'insuffler un léger doute dans les consciences pour fragiliser l'expension encore toute récente de l'agriculture biologique.