Références :
- livre "Mincir sur mesure grâce à la chrononutrition" Alain Delabos et Jean-Robert Rapin, Broché.
- site web : http://www.la-chrono-nutrition.com/index.php

1/ PRINCIPES GENERAUX DU REGIME 'CHRONONUTRITION' :

« La Chrono-nutrition®, méthode élaborée en 1986 par le Dr Alain Delabos et testée médicalement par les scientifiques de l'IREN, permet de mincir là où il faut sans se priver. »

Voilà la description alléchante tirée du site web que je cite ci-dessus.

La chrononutrition est une méthode basée sur des recherches scientifiques d’un institut dénommé l’IREN (une question se pose au sujet de l’IREN : c’est un institut privé créé de toutes pièces par le professeur Delabos et ses pairs…ses conclusions sont-elles fiables ?) qui montreraient l’importance de l’horloge biologique dans l’alimentation. En effet, le corps sécrète des enzymes digestives et de l’insuline de façons différentes suivant les heures de la journée.

Le professeur Delabos explique cela par le rythme de vie de nos ancêtres préhistoriques :

  • au réveil, il nous faut du gras et lourd (les hommes mangeaient le matin les morceaux les moins nobles, gras, viscères et abats, des bêtes tuées la veille) ;
  • le midi, notre corps réclame un plat unique de viande et de féculents (les hommes chassaient le matin et mangeaient rapidement la chair de leurs proies, accompagnée de céréales ou de tubercules) ;
  • en fin d’après-midi, notre cerveau a envie de sucre pour être reboosté avant le diner (fruits et graines ramassées) ;
  • le diner est facultatif : en cas d’appétit, on n’a le droit qu’à une grosse portion de poisson ou de fruits de mer accompagnée d’une portion de légumes verts, le tout cuisiné avec très peu de graisses.

Au final, cela revient à un régime hyperprotéiné : selon la méthode, on ne cale sa faim que par les protéines, et on limite fortement les fruits, les légumes et les féculents.

Voilà à quoi doit ressembler une journée type (quantités moyennes pour une personne active de 1m70) :

  1. petit-déjeuner (à prendre avant 8h) : 100g de fromage, 20g de beurre, 70g de pain
  2. déjeuner (entre 12h et 14h) : 175g à 200g de viande, abats ou volaille, de la sauce, un bol chinois de féculents
  3. goûter (obligatoire, 5h après le déjeuner) : 1 à 2 fruits frais, 2 cuillers à soupe d’oléagineux (noix, noisettes…) ou 3 carrés de chocolat noir à 70% (gras végétal)
  4. dîner (seulement si appétit, et au moins 1h avant le sommeil) : 150g de poisson ou fruits de mer à volonté, pas de sauce, un bol chinois de légumes verts.

Remarques :

- l’alcool, les yaourts, crèmes desserts, chocolats au lait, glaces, gâteaux secs et pâtisseries sont proscrits. On peut manger les seules sucreries de la journée au goûter : sorbets, pâtes de fruits, fruits séchés, confiture,…En bref des sucreries sans lait, sans gras non végétal, sans céréales.

- Le régime autorise deux repas ‘joker’ (tous les types d’aliments sont alors autorisés) dans la semaine qui ne feraient pas grossir, car le corps, habitué à la chrono-nutrition, ne stockerait pas de rares excès.

- Sur une journée, on n’ingère peu de fruits et légumes, donc peu de fibres : gare à la constipation, et en outre, quel dommage de se priver des bienfaits des légumes (antioxydants, fibres, vitamines, etc...) !

2/ RESULTATS :

Ce régime permettrait de maigrir sans perdre de muscle (en effet, il est hyperprotéiné), et de rééquilibrer les silhouettes disharmonieuses. En effet, le Professeur Delabos est convaincu que la cellulite provient d’une alimentation trop riche en fruits et légumes, ou qu’un gros ventre mou est souvent dû à une trop grande consommation de yaourts et de soupes. La chrono nutrition permettrait de ‘dégonfler’, de s’affiner (de perdre du ventre notamment) et de se muscler (en longueur, pas en volume) sans effort.

3/ MON OPINION :

Je vous parle en connaissance de cause, puisque j’ai tenté ce régime en vain trois fois (je devais être un peu maso à l’époque…) : deux mois au printemps 2006, quatre mois à l’automne 2007, deux mois en été 2009. Les trois tentatives furent désastreuses (j’ai repris mon poids d’origine + 3kg) et la dernière m’a définitivement convaincue d’arrêter les régimes à jamais…

Je me suis lancée trois fois à cause des promesses alléchantes du Professeur Delabos (‘vous ne perdrez pas de la poitrine, mais uniquement des endroits disgracieux…’), mais aussi parce qu’à lire les principes de ce régime, on a l’impression de pouvoir enfin toucher à un idéal alimentaire : variété, quantités, heures des repas…Tout est inscrit sur du marbre, il n’y a plus de spontanéité, plus de questions à se poser : cela paraît rassurant d’avaler les justes quantités sans avoir à réfléchir, de se laisser guider.

En fait, finalement c’est tout le contraire que provoque ce régime : ce tutorat alimentaire est dévastateur. On n’écoute plus ses sensations (ce n’est plus : « j’ai faim », c’est : « je dois prendre mon petit-déjeuner avant 8h », et on se force à avaler le petit déjeuner à 8h alors qu’on doit se limiter à une assiette même si l’on a faim le midi !), on se prive de ce qui nous fait envie (je mourais d’envie de tomates-mozzarella, de salades, de chocolat au lait, de pâtisseries,…), on stresse en permanence sur les quantités (« est-ce que j’ai eu ma ration de viande ce midi à la cantine, parce que sinon je vais mourir de faim ce soir… »), et enfin, on se désociabilise (« Je regrette d’avoir fait ce petit diner improvisé en amoureux hier soir avec mon chéri…Maintenant, je dois refuser ce resto que mes amis me proposent ce weekend car j’ai déjà utilisé mes deux jokers de la semaine ! »).

Résultat, très motivée les trois premières semaines, on peut rapidement perdre 3kg, mais on dérape très vite avec ce régime qui doit être suivi à vie ( !), jusqu’à adopter des troubles du comportement alimentaire (beaucoup de fringales ou d’envies irrépressibles). Et comme on a perdu l’habitude d’écouter ses signaux (de plaisir gustatif, de satiété), on mange plus vite et trop

C’est pourquoi je vous recommande vivement d’éviter cette méthode qui certes, parait idéale sur le papier, mais peut vite devenir un enfer dans la pratique.